LES DANSES DU RAJASTHAN 

 

La danse Chari
 
La danse Chari est une danse folklorique originaire du Rajasthan ou les femmes dansent avec un pot en acier ou en cuivre  qu'elles portent en équilibre sur leurs têtes. 
Au Rajasthan les femmes font souvent plusieurs km pour ramener de l'eau qu'elles transportent dans des jarres sur leurs têtes et cela fait parties de leurs quotidiens.Les mouvements gracieux de cette danse ressemblent à ceux de la danse Ghoomar. Souvent, lors des représentations, les pots sont  enflammés avec du coton et du pétrole et cela a le plus bel effet dans la nuit.
Cette danse est interprété par les femmes particulièrement pendant les mariages ou pour célébrer la naissance d'un garçon.

 

La danse Ghoomar

 

La Danse Ghoomar est une des danses folkloriques les plus populaire du Rajasthan.

A l'origine développée par la tribu des Bhils, cette danse fut ensuite associée aux femmes de la cour royale Rajput.
Dérivé du mot "ghoomna" qui signifie "pirouette" cette danse comprend de nombreux tours, les femmes se déplacent en cercle,  tournent sur elle mêmes dans le sens des aiguilles d'une montre puis dans le sens contraire en réalisant des mouvements gracieux, le tout de manière synchronisé.

La danse Ghoomar est un symbole de féminité, considéré comme un rite de passage pour les jeunes filles atteignant l'âge adulte ; cependant des femmes de tout âges se joignent à la célébration qui peut durer des  heures, voire toute la nuit. Traditionnellement il est attendu de la mariée de danser le Ghoomar lors de son arrivée dans la demeure de son mari ; de cette façon elle remercie sa belle famille de l'accepter au sein de leur clan et de l'accueillir chez eux.

On danse aussi le Ghoomar pour célébrer des évènements joyeux ou religieux.
Les danseuses portent de longues jupes de couleurs, se cachent le visage d'un voile et se parent de nombreux bijoux en argent. Lorsqu'elles tourbillonnent il s'agit d'un vrai spectacle de couleurs!
C'est la déesse Saraswati qui est principalement vénérée dans cette danse.

La danse Bhawai 

 

La danse Bhawai est une autre danse folk populaire du Rajasthan, principalement des environs de Jaisalmer dans le désert du Thar.

Il s'agit de mettre en équilibre un certain nombre de pots en terres cuite ou en laiton sur la tête et de danser en effectuant des mouvements gracieuxainsi que de nombreux tours. 

 

Cette danse intègre également des démonstations d'équilibre ainsi que des tours de fakir ( marche sur du verre, des lames...) et peut être danser aussi bien par des femmes que par des hommes.  

La danse Kalbelia 

La danse Kalbelia est une danse folklorique née dans le désert du Thar dans l'état du Rajasthan en Inde. Elle est aussi appelé "Danse Sapera" ou Danse du Serpent" et est issue de la communauté nomade des Kalbelias. C'est une danse d'improvisation très énergique et sensuelle évoquant le cobra, rythmée par la frappe des pieds, un déhanchement marqué, une gestuelle riche, une grande souplesse, des tournoiements incessants pouvant mener jusqu'à la transe et

dans laquelle les Kalbelias expriment leur fierté. 

Les danseuses portent un haut de couleur noir Angrakhi, une longue jupe noire avec une très large circonférence appelée Lehanga le tout richement décoré de petits miroirs et de rubans de couleurs, un voile sur la tête appelé Odhani, portent de nombreux bijoux et ornements en perles et en argent et arborent des tatouages traditionnels.

Autrefois charmeurs de serpents, les Kalbelias évoquent leur occupation passée à travers la musique et la danse, les femmes dansent et tournoient en imitant les mouvements d'un serpent tandis que les hommes les accompagnent au son d'un instrument à percussion le Khanjari et d'un instrument à vent en bois le Pungi qui était traditionnellement joué pour capturer les serpents.

Les percussionnistes sont particulièrement à l'écoute de la danse et se doivent de souligner avec précision chaque accent marqué par l'improvisatrice.

Aussi, à l'origine, la danse des femmes de la caste Kalbelia était une expression collective, elles ne pouvaient aller danser en public à l'extérieur de la communauté uniquement pendant les fêtes de Holi, en groupe et lors des fêtes au sein de la caste. La célèbre danseuse  Gulabi Sapera fut la première à  danser en public et a développé en grande partie la danse Kalbelia que l'on peut voir sur scène de nos jours.

La majorité de la population des Kalbelias se trouve dans le  désert du Thar mais aussi dans les environs de Jaisalmer, Pushkar, Ajmer, Chittorgarh, Jodhpur, Jaipur et Udaipur.

Transmis de génération en génération les chants et danses s'inscrivent dans une tradition orale qui ne s'appuie sur aucun texte ni manuel de formation. Ils sont pour la communauté Kalbelia un marqueur de leur identité à une époque ou leur mode de vie nomade traditionnel et leur rôle dans la société rurale disparaîssent peu à peu.

Les chants et danses Kalbelia sont inscrit depuis 2010 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.